U M U J O Index du Forum

U M U J O
Le MJ d'Umujo vous présente ses excuses pour sa désaffection du jeu d'Umujo et les inconvénients qui en sont résultés. Je vous remercie d'avoir participé à ce jeu. Bonne continuation. Cordialement. Olivier

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Il était un petit navire...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    U M U J O Index du Forum -> >>>>>>> F.D.U. : FEDERATION D'UMUJO (Towtobroghi, Volkonna) <<<<<<< -> <<<<<<< V O L K O N N A >>>>>>>> -> Cités et sites volkonnènes -> MER MORONE : La Mer Intérieure
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Peuple Volkonnène


Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2011
Messages: 59
Micronationalité: Umujo(Volkonna)
Type de PJ: Humain (groupe)
Métier, spécialité: la totalité des volkonnènes

MessagePosté le: Sam 1 Oct 2011 - 23:45    Sujet du message: Il était un petit navire... Répondre en citant

Ozmar Kadaverine, marchand de la horde des vents.

La large embarcation glissais lentement et silencieusement sur les flots... Enfin silencieusement, si on exceptait le braillement des ânes affolés qui jamais n'avaient pris le large, ainsi que souffle rauque des rameurs.

"Par les vents, ces rameurs ne peuvent ils pas souffrir en silence? Je leurs donne a chaque une patate de fer pour le voyage, en plus de les nourrir! " se laissa penser Ozmar a l'avant du navire. Cela ne faisait qu depuis ce matin qu'ils étaient partit, et déjà il se voyais a Kovo. Il serait, a sa connaissance, le premier marchand volkonnène au Towtobrodji. Pour cela, il avais apporté des biens de tous les clans : paniers des bourbes grises, gobelets de bois sculptés des renards d'argent, poisson salé des rives d'argent, blé, orge et seigle a foison des vertes plaines, pointes de lance et boucliers des portes, statuettes de pierre des roches brunes, et même du fer des torrents rouges.

Mais les vents n'étaient pas avec lui, et la voile restait immobile et plate. Il espérait que cela n'allait pas durer. avec un vent favorable, trois jours de voyage... a la force des bras, certainement une semaine de plus, au minimum.... Hors de question qu'il puise sur ses provisions pour nourrir ces fainéants une semaine!

Ozmar soupira. Il décrocha sa corne de brume et souffla pour appeler les vents. Il se laissa envahir par le souffle grutural qui le traversait, grâce auquel il ressentait  la présence de son esprit, de son "Ars" comme disaient les sédentaires. Son Ars pouvais communiquer avec les vents pour les convaincre de regarder Ozmar. Si ce qu'ils voyaient leur plaisait, peut être ceux-ci accepteraient de souffler avec la bonne direction sur sa destinée...


_________________
Lève toi, le vent te guidera.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 1 Oct 2011 - 23:45    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Olfizmikus


Hors ligne

Inscrit le: 30 Sep 2011
Messages: 31
Micronationalité: Venavia (République Oumouyenne)
Type de PJ: Wenâwos ou Yan des Marais
Métier, spécialité: Ambassadeur

MessagePosté le: Dim 2 Oct 2011 - 21:15    Sujet du message: Il était un petit navire... Répondre en citant

Le rivage de Defudupsibus en Vénavie n'était désormais plus visible. Et le legatus Olfizmikus et un équipage de cinq Wenâwoy avaient pris la mer. Premier bateau flottant de la République de Venavia, car les deux précédents avaient aussitôt coulé qu'ils avaient touché l'eau. Certes, celui-ci, de forme assez étrange, avait encore une façon très malcommode de giter, et l'eau filtrait à travers le plancher, obligeant tous les hommes à écoper.


Le legatus se rendait au Pays des Ombres pour des pourparlers, mais un dieu en avait décidé autrement qui fit se lever un vent venu des montagnes et portant des cristaux abrasifs. L'équipage, inexpériementé, tarda à baisser les voiles et à jeter l'ancre avant de s'entourer de bandelettes protectrices. Maintenant que le beau temps était revenu, le bateau vénave voguait quelque part en Mer Morone tandis que la luminosité tirait vers le violet et inquiétait les Hommes des Marais. Sans compter que ladite embarcation pouvait couler dans les heures qui suivaient.


Une fois établie la position aproximative, le legatus ordonna de prendre le cap des Ombres, quand soudain il vit de ses yeux la forme noire d'un navire découper l'horizon coloré.


- Par Yadalbaoth, je dois tout faire ici! Ce navire, là, mais oui, là, vous ne voyez pas? C'est quoi ça, là? C'est votre métier de me prévenir, non?




- Oui Legatus, on dirait bien un bateau volkonnène... il va vers le Sud-Ouest.




- Quelle ligne de flottaison?




- Pardon?




- Est-il chargé?




- Oui Legatus, plutôt chargé.




- Mais qu'est-ce qu'il fabrique ici, çui-là? Hum! Il doit aller à Madaduno pour commercer avec la base de l'Emir.




- Mais Legatus, on dit que cette base et le village qui la jouxte importent leurs produits de Madha.




- Peut-on rejoindre ce navire?




- Impossible, sauf si c'est lui qui se détourne.




- Bon, conclut Olfizmikus, il faut faire un rituel de propiciation pour la suite des événements. Hissez vite le pavillon blanc.


Le legatus se mit à réfléchir. Il fallait aussi qu'il se rende en Volkonna et il voulait vérifier sa position. Il pensa à ce qu'il pourrait éventuellement dire à ces marchands volkonnènes s'ils décidaient de se détourner, ce qui pouvait éventuellement se produire, compte-tenu de l'aspect inédit de l'embarcation vénave, mais en réalité quel marchand volkonnène se détournerait pour un si piètre et si petit bateau?
_________________
In nomine Yadalbaothis Korii


Revenir en haut
Peuple Volkonnène


Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2011
Messages: 59
Micronationalité: Umujo(Volkonna)
Type de PJ: Humain (groupe)
Métier, spécialité: la totalité des volkonnènes

MessagePosté le: Dim 9 Oct 2011 - 18:36    Sujet du message: Il était un petit navire... Répondre en citant

Le vent avais repris, et le navire avançait a grande vitesse. Ozmar était assez content, il pourrais rejoindre Madaduno avant le lendemain soir, et ensuite rejoindre Kovo a pied. Mais il fut interpelé par un de ses marins.


-A babord! un navire! il semble en difficulté ...Il hisse un pavillon blanc...Ils n'ont certainement pas d'autre moyen d'appeler a l'aide.

-Quel genre de navire?


-Aucune Idée, Maitre Kadaverine. Mais il me semble bien que celui qui l'a conçu n'a jamais vu la mer de sa vie. Il est trop haut pour sa longueur, et semble bien a mal de résister aux vents et a l'eau...


-Oui...il sera coulé d'ici la fin de la soirée, a ce rythme...cap vers eux...allons les sauver, je les ferais travailler pour rattraper le retard.


Il fit egalement sonner une corne, dont la suite de sons disait approximativement "approche de vous dans but aider vous"


Le navire vint se placer tranquillement au flanc de son voisin, et lança cordes vers le vaisseau venave.


-Venez donc! Votre navire va couler! qui êtes vous donc pour vous aventurer en mer sur un tel tas de bois?


Ozmar tendit la main vers les six hommes devant lui. Il vit alors que c'étaient des venaves, un allié du peuple des ombres... et certainement rongé par des ombres lui même. Mais il ferma son visage et ne dit rien.

_________________
Lève toi, le vent te guidera.


Revenir en haut
Olfizmikus


Hors ligne

Inscrit le: 30 Sep 2011
Messages: 31
Micronationalité: Venavia (République Oumouyenne)
Type de PJ: Wenâwos ou Yan des Marais
Métier, spécialité: Ambassadeur

MessagePosté le: Mer 12 Oct 2011 - 20:51    Sujet du message: Il était un petit navire... Répondre en citant

Le legatus terminait son oblation à Ehkomonos, quand soudain, il entendit le son d’une corne onduler dans l’atmosphère dorée.


- Qu’est-ce qui Beugle comme ça ? Qu’est-ce qu’ils Fabriquent ?
- C’est une corne, legatus, répondit le wenâwos le plus vieux (celui à la joue fendillée) ; les barbares s’en servent pour communiquer.
- Et peut-on savoir ce que ça Beugle ?
- Hélas, je ne sais pas ce que ça veut dire, mais c’est une de leurs idiomes, avec lequel ils communiquent avec les âmes et avec les bêtes.
- Ne me répondez pas avec des Fatrasie, mais avec des Faits ! Je parie, moi, que c’est encore un de ces Alphabets !
- Il a viré vers nous, il vient ! s’exclama un jeune wenâwos aux longs cheveux d’algues.
- Alors, surtout, faites bien, tous autant que vous êtes, le Vide dans votre esprit, ce n’est pas trop vous demander, non ?


En effet, les wenâwoy n’était de bons espions que lorsqu’ils ne prêtaient aucune attention aux choses qui les entouraient ; ainsi, ils laissaient leur ombre observer elle-même à leur place. Par la suite, ils avaient tout mémorisé sans le savoir, et ils étaient capables de réciter ce auquel ils avaient assisté sans erreur mais sans intelligence, c'est-à-dire sans compréhension de ce dont il s’agissait exactement ; bref ; d’une manière à la fois mécanique et pour tout dire très étrange, exactement comme s’ils étaient possédés par une puissance maléfique. Et pour toutes les choses, ainsi faisaient-ils, commettant les plus grossières erreurs qu’on eût jamais imaginé, mais promis finalement par la Ténèbre à un résultat au moins équivalent à l’original.


Olfizmikus, lui, n’était qu’un profane, mais aussi un personnage très important pour les Vénaves. Ce legatus, qui savait parler de nombreuses langues, entendit le capitaine volkonnène dire :


-Venez donc! Votre navire va couler! Qui êtes vous donc pour vous aventurer en mer sur un tel tas de bois?


Le legatus cacha sa grande colère contre ses concitoyens, incapables de faire les choses correctement. De plus, il n’aimait pas être à la merci d’étrangers, fussent-ils marchands. Mais l’heure n’était pas aux paroles. Vite, les hommes rejoignirent le pont du navire marchand.


Remarquant le visage fermé du capitaine - et comment ne pas le remarquer - Olfizmikus donna un tour formel, presque théâtral aux présentations, disant d’une voix forte mais d'un ton qui se voulait tout à fait avenant :


- Capitaine ! Je vous sais immensément gré de nous accueillir à bord de votre vaisseau dont au passage j’admire l’excellent maintien sur les flots. Je suis le legatus Olfizmikus ; on dit aussi atectos, ashehtos, ambassadeur, etc., etc., de Vénavie, chargé d’un mission de la plus haute importance. 


L'ambassadeur faisait montre à la fois d'une grande assurance mais aussi d'une certaine mesure dans ses propos. Il s'efforçait de ne pas trop crier.


Ce navire que vous voyez est notre premier bâtiment de mer. Nous ne sommes pas encore assez bon marins pour juger pleinement de la difficulté que représente la navigation.


En vérité, j’espérais, avec mon équipage, me rendre vers le Septentrion, notamment pour rencontrer l’Ulashi [le gouvernement] ou le Roi de la Volkonna, mais je vois que vous vous dirigez, pour une raison inconnue, vers le Sud…) 


Puis-je vous demander, capitaine, à qui j’ai l’honneur ? Et... pardonnez ma question, pourquoi vous dirigez-vous au ponant?
_________________
In nomine Yadalbaothis Korii


Revenir en haut
Peuple Volkonnène


Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2011
Messages: 59
Micronationalité: Umujo(Volkonna)
Type de PJ: Humain (groupe)
Métier, spécialité: la totalité des volkonnènes

MessagePosté le: Sam 15 Oct 2011 - 13:43    Sujet du message: Il était un petit navire... Répondre en citant

Ozmar comprenais quelques peu le wenawoy, et se rendit compte qu'il avais affaire a un représentant officiel de ce peuple. Il s'entrepris de répondre dans la langue de son interlocuteur.

- Pardonnez mon mauvais bouche parlé du Wenawoy, si vous préférence le parlé towtobroge, moi entendre et parler lui.
Suis Ozmar Kadaverine, marchand, bateau possesseur, Long peuple citoyen.
Le Legatus, voyant la difficulté de l'homme, l’invitât a communiquer en Twotobroge. C'est avec un soufle de soulagement qu'Ozmar continua dans cette langue.

-Je voulais dire que je suis membre de la grande horde des vents, une des composantes du peuple volkonnène. Je me rend a Madaduno pour me rendre ensuite a Kovo. Je doit représenter la Volkonna auprès du grand machin, et de la Nuski, notamment. J'en profite pour faire du commerce personnel: j’échangerais a Madaduno une partie de mes denrées contre celles qui s'y trouves. Si vous voulez aller en Volkonna, le navire repartira vers Holthar des qu'il sera a nouveau chargé de marchandises. Quant aux navires, vous pourrez acheter sur places d’excellents vaisseaux.

Nous allons libérer un peu d'espace pour vous et vos hommes dans le navire... dites moi, vu que votre...sauvetage nous a un peu ralentit... voyez vous un inconvenant a ce que que vos hommes et les miens se relayent aux rames? nous irions ainsi plus vite...

petite précision exlude: les volkonnènes ont le défaut de suspecter des ombres dans tous les etrangers et dans toute personne ayant des comportements bizarres. Un volkonnène peut très bien accuser l'Umagu d'Umujo d'avoir une ombre si il dit quelque chose qui ne leur plait pas (je prend un exemple extrême). bref, quand un volkonnène parle d'ombre, ne te sent pas obligé de l’intégrer a ton BG, ton histoire, car ils les mettent a toutes les sauces. C'est leur principal défaut


_________________
Lève toi, le vent te guidera.


Revenir en haut
Olfizmikus


Hors ligne

Inscrit le: 30 Sep 2011
Messages: 31
Micronationalité: Venavia (République Oumouyenne)
Type de PJ: Wenâwos ou Yan des Marais
Métier, spécialité: Ambassadeur

MessagePosté le: Jeu 20 Oct 2011 - 23:52    Sujet du message: Il était un petit navire... Répondre en citant

Le légatus soupesa l’offre. D’un côté, cela contrecarrait sa mission très importante, mais de l’autre, lui et ses hommes, une fois embarqués pour ce voyage, pourraient à loisir graver dans leur mémoire toute la structure du navire ainsi que la façon de naviguer. Ils en apprendraient davantage aussi sur la technologie et la civilisation volkonnène. De plus, il tenterait de dissuader les Volkonnènes de traiter avec les Toutobroges. Pas besoin d’être un dévôt de Korios-Yadalbaoth pour sentir que le mieux était d’accepter ce voyage.


Olfizmikus répondit donc dans un towtàyeshi (langue des Toutobroges) très compréhensible et aussi correct que celui de son interlocuteur :


- Patricien Ozmar Kadaverine, il nous plaît de pouvoir vous aider à notre tour. Mes sequentes [hommes] se joindront aux vôtres ! Et je suis heureux de la perspective de pouvoir me rendre à Holthar grâce à votre navire ! Mais quant à votre voyage, par le dieu que jurent les Vénaves, je vous adjure de m’écouter. Ensuite, en arrivant là-bas, vous verrez de vos yeux si j’ai dit vrai :


Evidemment, le Legatus choisit de présenter le Towtobroghi sous des traits défavorables, en omettant notamment d’autres voies de navigation possibles. Ainsi, comme ce pays comporte plusieurs étages superposés, l’on peut toujours, à partir de la Mer Morone, trouver un fleuve qui coule dessus ou dessous une région et, en empruntant une « arche céleste », descendre ou monter d’un niveau à pied et finir ainsi le voyage en s’efforçant d’éviter les bandes de brigants.


Voyez-vous, Madaduno, résuma-t-il, est un village en deux moitiés situé sur la rive Nord d'une des embouchures du delta du Manchipa. Le côté Est, qui donne aussi sur la mer, est occupée par des « Etrangers » venus de la lointaine Madha. Ces Etrangers y ont construit une forteresse énorme. Ils ont des foudres en guise d’armes avec lesquelles ils tuent au loin dans un grand vacarme. Leurs chars vont et viennent dans le ciel en faisant un bruit assourdissant. Il y a quelque chose de démoniaque dans tout ça! Le côté Ouest est un ensemble de vingt ou trente baraques sentant la vase, le vomi et la catin ; c’est là que les soldats de Madha viennent dépenser leur solde en se soûlant de vin et de bruits barbares dégueulés par des coffrets. On y trouve aussi de soi-disant produits de l’artisanat toutobroge, mais qui viennent tous de Madha. 


(Evidemment, la Vénavie n’a aucune leçon à donner, mais nous, nous accomplissons des progrès tous les jours dans l’ordre et la discipline, ce qui n’est pas le cas du Towtobroghi…)


Pire, tout commerce vous sera difficile à Madaduno, à cause de l’attrait sur les autochtones des marchandises importées. Enfin, après quelques dizaines de lieues, le Manchipa n’est plus soumis aux marées et se transforme peu à peu en torrent de montagne où toute navigation est impossible. De là à Kovo, la route est Trèès longue. Et, en plus, on raconte que le Roi est à Madha…


Patricien Ozmar Kadaverine, si j’ai un conseil à vous donner, c’est bien de traiter avec nous !
_________________
In nomine Yadalbaothis Korii


Revenir en haut
Peuple Volkonnène


Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2011
Messages: 59
Micronationalité: Umujo(Volkonna)
Type de PJ: Humain (groupe)
Métier, spécialité: la totalité des volkonnènes

MessagePosté le: Sam 22 Oct 2011 - 21:51    Sujet du message: Il était un petit navire... Répondre en citant

Ozmar fut surprit par ce discours, puis il comprit l'objectif de celui-ci une fois terminé.

- Je vois...vous dénigrez la concurrence c'est tout a votre honneur... Dans la grande horde, on considère comme normal
qu'un marchand cherche a se présenter meilleur que ses voisins: ainsi il vent plus, et protège les siens du besoin. Cependant,
en ce qui concerne Madaduno, je verrais ce que mes yeux me montrerons, et je jugerait a ce moment là. J'ai la crainte, et le conseil aussi, que les étrangers aient une trop grande influence sur le
Towtobroghi Il est dit qu'ils sont trop bienveillants avec eux, et les présupposent bons. Par leur naïveté, ils pourraient faire entrer les ombres dans l'Umujo...Quant a leur technologie, ma fois les vents sont clairs, d'après les druides: elle est néfaste. Mais les Towtobrodges sont un grand peuple malgré tout, et ils sont nos allies. Peut être ont ils raison, allez savoir?

Quant a mon commerce a madaduno, mes produits ne sont ils pas importés? Oh certes, ils ont certainement des paniers semblables a ceux des bourbes grises, peut être travaillent ils le bois mieux que les renards d'argent, mais ont ils les plantes médicinales, herbes et potions des Ars? ont ils les statues des Rochesbrunes? On verra.

Et si je perd mon temps a madaduno, eh, bien, ma foi, j'irais a Kovo directement, mais j'y irais, car ainsi l'à voulu le roi, et si je voulais refuser, alors devant lui j'aurais du le faire. Maintenant, il est trop tard, et mon devoir j’accomplirais. Et si le roi n'y est pas, par les vents, ce pays n'est il pas connu pour ses prises de décisions collectives?

Maintenant, si votre seule volonté est de commercer avec nous, soyez rassuré: tant qu'il ne s'agit pas d'armes, car ont dit que l'Umbrie entretient de bonnes relations avec vous, nous commerceront. Dites moi, qu'avez vous a échanger contre du grain, des poissons secs, des nasses, des médecines, des statuettes de bois et de pierre, des meubles, du fer, de l'or, du lins, et des peaux de moutons? Enfin, vous me direz ça quand vous serez installé... venez, je vous montre vos quartiers.




Pendant ce temps là, le navire filait sur les eaux grise vers le port de madaduno. Le soleil baissait, tandis que le diplomate s’installa dans une cabine étroite, qui appartenait au timonier, qui du déplacer ses affaires dans la cales, et installer son hamac avec celui des matelots, alors que l'on s’efforçait de trouver des emplacements pour les venaviens. Les matelots dormaient avec les anes prévus pour le voyage terrestre, un endroit chaud et confortable.. Le soir même, une fois la nuit venue, le capitaine dina avec la moitié des matelots et ses invités; au milieu du repas, ceux qui avaient fini de manger vinrent remplacer ceux qui étaient toujours aux rames: ainsi,le navire n'était pas ralentit; Le repas se passait sur le château arrière était frugal, composé principalement de viandes et de poissons séchés, ainsi de galettes des fèves, de son et d'avoine, moins chers que la farine de blé. Le tout était réchauffés sur un petit brasero central, maintenu par des cordes au pond pour ne pas se renverser.

-Alors, monsieur le représentant. Parlez nous donc votre pays . Et pas de cachoteries, les pays où tout est bien dans le meilleur des mondes n'existent pas.
_________________
Lève toi, le vent te guidera.


Revenir en haut
Olfizmikus


Hors ligne

Inscrit le: 30 Sep 2011
Messages: 31
Micronationalité: Venavia (République Oumouyenne)
Type de PJ: Wenâwos ou Yan des Marais
Métier, spécialité: Ambassadeur

MessagePosté le: Ven 28 Oct 2011 - 00:00    Sujet du message: Il était un petit navire... Répondre en citant

Olfizmikus, décontenancé, ne dit mot, tant la Vénavie était, il est vrai, primitive, mais médita une réponse pour plus tard.
_________________
In nomine Yadalbaothis Korii


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:17    Sujet du message: Il était un petit navire...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    U M U J O Index du Forum -> >>>>>>> F.D.U. : FEDERATION D'UMUJO (Towtobroghi, Volkonna) <<<<<<< -> <<<<<<< V O L K O N N A >>>>>>>> -> Cités et sites volkonnènes -> MER MORONE : La Mer Intérieure Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com